Home
Blog de La Libreria
Mercredi 22 octobre 2014 à 19h - Lorenza Gentile - Teo PDF Imprimer Envoyer
Prochaines Rencontres

Mercredi 22 octobre 2014 à 19h


Lorenza Gentile


Teo

Einaudi Stile Libero, 2014

Présentation et conversation avec Noga Arikha,

historienne des idées, écrivain et journaliste

«Mi chiamo Teo, ho otto anni e voglio incontrare Napoleone. Ho una battaglia molto importante da vincere e lui è l’unico che mi può aiutare. Per incontrarlo mi tocca morire, però, perché Napoleone è un morto»

La Libreria est heureuse de vous inviter à rencontrer Lorenza Gentile, jeune auteur pleine de promesses, dont le passage à Paris nous offre cette belle occasion ! Teo est son premier roman. Il a été salué par la critique et par des lecteurs enthousiastes. Un premier essai réussi, un conte contemporain plein de personnages étranges, saugrenus et légers. C'est l'histoire de nos défaites et notre obstination à nous relever.

Lorenza Gentile est née à Milan en 1988. Elle a étudié les arts du spectacle à la Goldsmiths University de Londres et a fréquenté l'Ecole internationale de théâtre Jacques Lecoq à Paris.

Nous vous invitons à venir nombreux découvrir ce livre, irrésistible à l'instar de son petit héros, Teo !

Lorenza conversera donc avec Noga Arikha, historienne des idées, elle-même auteur, avec son mari Marcello Simonetta, d'un ouvrage sur Lucien Bonaparte, Il fratello ribelle di Napoleone (Ed. Bompiani).

La soirée se déroulera en italien et s'achèvera sur un verre amical.

 
Lundi 3 novembre 2014 à 19h - Emmanuelle Genevoix pour "Les hommes contre" de Emilio Lussu PDF Imprimer Envoyer
Prochaines Rencontres

Littérature Italienne et Grande Guerre

Lundi 3 novembre 2014 à 19h

Rencontre avec

Emmanuelle Genevoix, la traductrice

autour de

LES HOMMES CONTRE

(Un anno sull'altipiano)

EMILIO LUSSU

Editions Denoël

Lectures et débats

animés par Michele Canonica et Paolo Romani, journalistes,

président et vice-président de la Società Dante Alighieri - Comité de Paris

En ce début novembre 2014, en correspondance avec les célébrations du centenaire en France, il nous a semblé tout à fait approprié d'organiser deux rencontres autour de deux grands auteurs italiens : Emilio Lussu ce lundi 3 et Federico De Roberto le jeudi 6 novembre.

Et ce premier rendez-vous nous est proposée par Emmanuelle Genevois qui a traduit avec Josette Monfort, le classique italien de la littérature de guerre, Les hommes contre, d'Emilio Lussu (Denoël 2005, traduction de Un anno sulll'Altipiano). Ouvrage précieux puisqu'il relate l'expérience directe, riche d'une ample réflexion sur le conflit, d'un acteur de la Grande Guerre, personnalité de premier plan.

 
PDF Imprimer Envoyer
Rencontres prévues

Jeudi 13 novembre 2014 à 19h

Rencontre avec

Olivier Rolin et Marc Lazar

à l'occasion de la sortie italienne de

LA TIGRE DI CARTA

Edizioni Clichy


 
Jeudi 6 novembre 2014 à 19h - Muriel Gallot pour "La Peur, nouvelles de la Grande Guerre" de Federico De Roberto PDF Imprimer Envoyer
Prochaines Rencontres

Jeudi 6 novembre 2014 à 19h

Rencontre avec

Muriel Gallot, la traductrice

autour de

LA PEUR, nouvelles de la Grande Guerre

FEDERICO DE ROBERTO

Editions Cambourakis

Lectures en italien et en français par Gerardo Maffei

 

Deuxième rendez-vous de cette semaine consacrée à la littérature italienne de la Grande Guerre. Et c'est Muriel Gallot qui mène les débats cette fois en compagnie de Gerardo Maffei qui nous fera le grand plaisir de quelques lectures d'extraits du livre.

En rassemblant au sein d'un même volume deux des nouvelles les plus marquantes de Federico De Roberto ayant trait à la guerre de 14-18, les éditions Cambourakis entendent faire (re)découvrir l'un des volets les moins connus de son oeuvre au public francophone. Dans La Peur, Federico De Roberto évoque avec impassibilité la mort programmée de cinq soldats désignés successivement pour rejoindre un poste de guet, et décrit avec maestria le crescendo de la peur qui s'empare de ces soldats destinés à la mort tout en menant une réflexion intense sur la fascination du courage. Le voeu ultime, inédit en France, raconte dans une première partie - similaire à la première nouvelle de par le ton et l'ambiance - toute l'horreur de la guerre. L'auteur y dépeint l'esprit de camaraderie qui lie ces hommes voués au même destin, et dont l'acharnement à rendre à la terre le corps d'un capitaine tombé au combat rappelle l'obstination et la dignité d'une Antigone moderne, avant de changer de registre pour dénoncer avec humour et cynisme la vénalité des épouses plus intéressées par la pension de leur mari que par leur héroïsme.


 
PDF Imprimer Envoyer
Rencontres prévues

 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 33
 
Bannière
Bannière