Blog de La Libreria

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Blog de La Libreria

Lundi 12 novembre 2018 à 19h - Paolo Salvatori - Spie?

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec La Lepre Edizioni

Lundi 12 novembre 2018 à 19h

 

PAOLO SALVATORI

 

SPIE?

L'intelligence nel sistema di sicurezza internazionale

En compagnie de son éditeur, Alessandro Orlandi

Un sujet passionnant et on ne peut plus d'actualité ce lundi à la Libreria! De John Le Carré au «Bureau des Légendes» en passant par «Homeland», de James Bond à OSS 117, la fiction n'a cessé d'en faire son miel. Alors ce soir, nous allons pouvoir poser la question directement à un spécialiste des plus éminents: qu'est-ce que le Renseignement et à quoi sert-il en Europe et en Italie en particulier? De quelles manières sont recueillies les informations vitales pour la sécurité des Etats et pour affronter la menace du terrorisme? Beaucoup d'autres questions auxquelles répondra Paolo Salvatori, ex- directeur de l'antiterrorisme et de la structure de lutte à la prolifération des armes non-conventionnelles pour le compte des services secrets italiens.

Venez nombreux ! La rencontre se déroulera en langue italienne et s'achèvera sur un verre amical.



Mise à jour le Lundi, 12 Novembre 2018 23:27
 

Vendredi 19 octobre 2018 à 19h - Soirée Dolores Prato avec Laurent Lombard et Jean-Paul Manganaro

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec les Editions Verdier

Vendredi 19 octobre 2018 à 19h

 

DOLORES PRATO

 

BAS LA PLACE Y'A PERSONNE

Giù la piazza non c'è nessuno

Editions Verdier - Edizioni Quodlibet

Conversation avec les deux traducteurs

Laurent Lombard et Jean-Paul Manganaro

Attention chef d'oeuvre... Nous vous invitons, grâce aux Editions Verdier et au formidable duo de traducteurs qu'ont formé pour l'occasion, Jean-Paul Manganaro et Laurent Lombard, à venir découvrir une voix, oubliée, méconnue, celle de Dolores Prato: Bas la place y'a personne (Giù la piazza non c'è nessuno) n'est pas un récit d'enfance comme les autres. Il s'ouvre sur cette phrase : «Je suis née sous une petite table.» Dès lors le lecteur, saisi par la puissance et la singularité de cette prose légère et envoûtante, s'attache à cette petite fille abandonnée qui a trouvé là un refuge et une façon qui n'appartient qu'à elle d'appréhender le monde. Le lieu où l'on eut les premières alertes de la vie devient nous-mêmes, écrit Dolores Prato.

Pour éviter les pièges de la mémoire, l'auteure décrit avec une précision scrupuleuse et une opiniâtreté généreuse la ville - il s'agit de Tréja, dans les Marches -, les objets ou les personnages qui ont habité son enfance.

Non seulement elle nous offre par-là de véritables tableaux d'un monde disparu (l'Italie rurale à la charnière du XIXème et du XXème siècle) qui n'ont rien à envier aux écrits des anthropologues, mais elle donne ainsi à la narration toute son incandescence et sa vérité sensible. LE temps perdu de Dolores Prato est tout à la fois intime et public, et s'il est retrouvé, c'est parce que le parti pris des choses est aussi celui des mots.

Dolores Prato a achevé son récit dans les années soixante-dix mais elle n'en a jamais connu l'édition intégrale. Tel fut le sort de ce texte que l'on peut aujourd'hui considérer comme un des classiques du XXème siècle et, à tout le moins, comme un des chefs-d'oeuvre de la littérature italienne de l'après-guerre.

Cette rencontre se déroulera en français et s'achèvera sur un verre amical. Venez nombreux!

 

Lundi 8 octobre 2018 à 19h - Florence Vidal - L'affaire des miroirs de Venise

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec le Comité de Paris de la Società Dante Alighieri

Lundi 8 octobre 2018 à 19h


FLORENCE VIDAL

 

L'AFFAIRE DES MIROIRS DE VENISE

Editions Serge Safran

En compagnie de Michele Canonica et Paolo Romani,

Président et Vice-Président du Comité de Paris de la Società Dante Alighieri

Soirée vénitienne à La Libreria... et quelle Venise : celle de la lumière du verre vénitien, des extraordinaires miroirs créés par les non moins extraordinaires artisans locaux. Florence Vidal, historienne, spécialiste de l'Italie, s'est emparé de cet art et de sa longue histoire pour en faire un ouvrage passionnant.

En 1665, Louis XIV demande à Colbert de créer la Manufacture royale de glaces de miroirs. À cette fin, il a besoin des verriers vénitiens qui sont interdits d’exil et condamnés à mort en cas de trahison.
En effet, dès la Renaissance, c’est dans l’île de Murano, qu’ont été découverts les formules permettant de rendre le verre transparent puis de le transformer en grands miroirs. Deux siècles durant, Venise va détenir le monopole commercial de ces objets encore magiques, emblèmes de son rayonnement scientifique et technique et culturel.
Au XVIIIe siècle, Casanova vit un amour à Murano, dans une chambre ornée de miroirs, alors que l’île perd ses forces vives. En France, la Manufacture royale se développe. Devenue Compagnie de Saint–Gobain, elle existe toujours.
Autour des verriers gravitent rois, princes, prélats, courtisanes, savants, ambassadeurs, financiers, artistes… Il faudra beaucoup d’artificieux stratagèmes pour conquérir les secrets de fabrication des miroirs.
Une des plus grandes affaires d’espionnage du XVIIe siècle !

Cette rencontre se déroulera en français et s'achèvera sur un verre amical. Venez nombreux !

 

Lundi 1er octobre 2018 à 19h - Manuela Diliberto - L'oscura allegrezza

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec La Lepre Edizioni

Lundi 1er octobre 2018 à 19h


MANUELA DILIBERTO

 

L'OSCURA ALLEGREZZA


La Lepre Edizioni

en compagnie d'Alessandro Orlandi, éditeur

Nous vous convions ce soir à une rencontre lumineuse! Manuela Diliberto est née à Palerme et vit à Paris depuis quelques années déjà. De formation historienne de l'art et archéologue, "L'oscura allegrezza" est son premier roman (vainqueur du prix Zingarelli 2018), un roman intrigant, raffiné et original.

Rome, 1911. A la veille des bouleversements qui s'apprêtent à transformer l'Europe, Giorgio, journaliste issu d''une famille bourgeoise, s'abandonne à l'inertie rassurante d'un socialisme de façade. Sa rencontre avec Bianca, jeune femme indépendante, va le pousser vers un chemin plus malaisé, mais seule voie possible vers la plénitude. Bianca a choisi le communisme et une vie de militante et tient un journal intime qui a la fraîcheur de la narration spontanée. Une grave maladie et l'irruption inattendue de la passion vont l'amener à remettre en cause ses convictions. Le récit de Giorgio, qui revient sur son passé au bout de cinquante ans, se confronte donc aux confessions intimes de Bianca. Deux versions, deux points de vue d'une même histoire, à l'instar du Rashomon de Kurosawa. Le roman s'accompagne d'une interview de son frère, Pierfrancesco Diliberto, mieux connu sous le pseudonyme de Pif, sur le thème de "Choisir ou faire semblant de rien?".

La rencontre se déroulera en italien (avec traduction si nécessaire!) et s'achèvera sur un verre amical.

 

Vendredi 28 septembre 2018 à 19h - Marco Guidarini - Gulda in viaggio verso Praga

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec le site "L'Italie à Paris"

Vendredi 28 septembre 2018 à 19h


MARCO GUIDARINI

 

GULDA IN VIAGGIO VERSO PRAGA

Racconti mozartiani

 

Il Nuovo Melangolo Edizioni

en compagnie de Riccardo Borghesi

 

Nous avons l'honneur et le très grand plaisir d'accueillir le chef d'orchestre italien, Marco Guidarini, à la déjà longue et brillante carrière. Originaire de Gênes, il a débuté en tant qu'assistant de John Elliot Gardiner et a dirigé opéras et symphonies du Metropolitan à La Scala, en passant par le Bolshoï ou l'Opéra de Sydney. Mais notre soirée, si elle sera forcément musicale, sera bien sûr littéraire puisque nous vous proposons ce petit bijou, publié par Il Nuovo Melangolo, "Gulda in viaggio verso Praga", premier livre du Maestro Guidarini.

"Dans ces onze nouvelles, Marco Guidarini, tout comme il le fait avec l'orchestre, guide le lecteur à travers un territoire fascinant qui parvient à toucher de nombreuses thématiques, jusqu'aux plus dramatiques, avec le même toucher délicat et élégant. Chacun des récits de ce petit livre formidable est habité par la présence d'un des plus grands artistes que l'humanité ait engendré: Wolfgang Amadeus Mozart. Et sa musique et ses notes accompagnent la lecture des nouvelles. Dans la toute première, c'est un autre grand musicien du XXème siècle qui nous ouvre la porte, immense interprète de Mozart, autrichien comme lui: Friedrich Gulda. Sa curiosité musical l'avait poussé à s'inventer une carrière parallèle de pianiste de jazz, le jazz que Marco Guidarini aime et que Mozart, s'il avait vécu en ce siècle, aurait probablement aimé aussi. Si je ferme les yeux, j'arrive presque à voir la scène... un vieux café dans une ruelle de Prague et nos trois compères attablés devant un verre. Ils trinquent à la curiosité." (Dado Moroni)

La rencontre se déroulera en italien. Nous vous attendons nombreux!

 


Page 5 sur 70

Bannière
Bannière