Blog de La Libreria

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Blog de La Libreria

Vendredi 25 février 2011 - Valeria Moretti pour Clara Schumann

Envoyer Imprimer PDF

Vendredi 25 février 2011 à 19h

Valeria Moretti

Clara Schumann

Pièce en un acte

edizioni La Mongolfiera


En présence de l'auteure

et de la traductrice du texte en français, Anne Maceron

David Haziot, écrivain, présentera le livre de Valeria Moretti et

Nathalie Cohen, comédienne, lira quelques extraits de la pièce

A l’horizon de la vie musicale de Leipzig, en 1819, apparut Clara Joséphine, fille de Friedrich Wieck, qui fut son professeur, puis son imprésario. Il la prépara avec acharnement à une carrière de concertiste précoce, constellée de tournées prestigieuses en Allemagne et en Europe. Mais ce père fut aussi un farouche opposant à ses fiançailles à dix-neuf ans avec Robert Schumann, âgé de vingt-huit ans, puis à leur mariage deux années plus tard. La naissance de leurs huit enfants, l’instabilité mentale de Robert, apparue à quarante ans, sa tentative de suicide, son internement dans une maison de santé suivi de deux années de profonde angoisse avant sa mort à 46 ans, tout cela est si intensément recréé, revécu, que s’instaure entre l’auteure et son personnage une interpénétration quasi fusionnelle. (Extrait de la Préface de Guido Davico Bonino)

 

Vendredi 18 février 2011 à 18h30 - Manuele Fior

Envoyer Imprimer PDF

Vendredi 18 février 2011 à 18h30

Rencontre-Signature

avec

Manuele Fior

Cinq mille kilomètres par seconde

éditions Atrabile

Il y a quinze jours, la remise des prix au Festival d'Angoulême nous a remplis d'allégresse et de fierté, pas moins! Nous ne pouvions pas résister à  l'envie de fêter l'événement!!! Alors voilà... La Libreria a la grande joie de recevoir pour à nouveau Manuele Fior, qui vient de se voir décerner le Fauve d'Or du Meilleur Album BD pour son magnifique "Cinq mille kilomètres par seconde"!

Soyez nombreux à nous rejoindre autour de Manuele à la Libreria le vendredi 18 février à 18h30 pour célébrer ça!

Mise à jour le Dimanche, 20 Février 2011 15:46
 
Envoyer Imprimer PDF

Mercredi 16 février 2011 à 19h

Italien du Caire - une autobiographie

Mario Rispoli et Jean-Charles Depaule

Editions Parenthèses - MMSH


Soirée présentée et animée

par Michele Canonica et Paolo Romani,
Président et Vice-Président
du Comité de Paris de la Società Dante Alighieri

 

Le mercredi 16 février sera une soirée dédiée au souvenir d'un Monsieur du journalisme italien, Mario Rispoli, disparu il y a près de six ans. Jean-Charles Depaule, spécialiste d'anthropologie urbaine de l'Orient arabe, qui a écrit cette autobiographie avec Mario Rispoli et Madame Huguette Rispoli seront avec nous pour s'entretenir avec Michele Canonica et Paolo Romani de ce personnage généreux, de son parcours professionnel impeccable (de simple rédacteur au poste de directeur de l'Ansa du Caire, à celui de directeur de l'Ansa à Paris et finalement de directeur du service de presse de Fiat-France) et de son attachement indéfectible à l'Egypte, pays plus que jamais au centre d'une actualité brûlante et dont il sera bien sûr beaucoup question.

Un Italien né au Caire à la fin des années trente se souvient. Mario Rispoli évoque les territoires protégés de son enfance cairote, et la révélation d’un monde plus ouvert à travers l’univers cosmopolite de ses camarades du lycée français ; Puis sa « découverte » de l’Egypte où il reste, lorsque, après la nationalisation du canal de Suez et la guerre qui s’en est suivie en 1956, les membres des minorités et des communautés étrangères quittent en masse le pays. Il décrit son apprentissage et son travail de rédacteur dans une agence de presse et à la radio, ses relations avec le pouvoir égyptien et la censure. Témoin de l’évolution contemporaine de l’Egypte et du Proche-Orient, il évoque les guerres qui l’ont marqué lorsqu’il était enfant, puis jeune homme, et celles qu’il a couvertes en tant que journaliste.

« Roman de formation », écrit à quatre mains avec Jean-Charles Depaule, que Mario Rispoli a connu au début des années soixante-dix au Caire, cette autobiographie est aussi une méditation sur l’éveil de la sensualité, et sur la mort qui occupe une place si particulière dans la culture napolitaine de ses origines.

 

Mardi 25 janvier 2011 - Roberto Ferrucci pour ça change quoi et sentiments subversifs

Envoyer Imprimer PDF

Mardi 25 janvier 2011 à 19h

Roberto Ferrucci

pour

Ça change quoi (éditions du Seuil)

et

Sentiments subversifs (éditions Verdier - Meet)

traductions de Jérôme Nicolas

 

Ce mardi nous recevons Roberto Ferrucci, journaliste et écrivain italien, qui nous ramène avec "Ça change quoi" ("Cosa cambia" edizione Marsilio) aux événements tragiques de juillet 2001 à Gênes. Beau livre dense, important, loin d'un simple compte-rendu journalistique. L'écrivain italien était présent au moment des faits, et la violence des répressions policières des mouvements anti-G8 marque pour lui un tournant... il lui aura fallu six ans pour pouvoir retranscrire ce qu'il a vu, vécu, ressenti... Comment peut-on rester en silence après une telle expérience....

Il nous parlera également de son nouveau livre "Sentiments subversifs" publié en bilingue par Verdier-Meet (Maison des écrivains étrangers et des traducteurs).

 

Note de l'éditeur : Gênes, aujourd'hui. Dans la chambre 914 d’un hôtel du centre-ville, un journaliste a déplié un plan, a branché les câbles de son ordinateur portable, de son caméscope et de son iPod pour se repasser les événements du G8 survenus quelques années auparavant, en juillet 2001. Cet été-là, le besoin urgent d’oublier Angela, longtemps aimée et qu’il venait de quitter sans explication, l’avait poussé à couvrir le sommet de Gênes. Rien ne laissait imaginer ce qui allait se produire.

Les images qu’il a tournées, et celles qui ont fait le tour du monde depuis, ne cessent de le hanter : la ville barricadée, les concerts, les militants altermondialistes, les black blocs, les blindés et les gaz, les coups de matraque et la mort de Carlo Giuliani, les descentes de police à l’École Diaz, les exactions, la violence sans limite. Comment a-t-on pu basculer ainsi dans l’horreur ?

En sourdine et dans le silence de son retour sur place, le narrateur fait entendre le bruit et la fureur des autorités qui, pendant quatre jours, ont bafoué la démocratie.

Né à Venise en 1960, Roberto Ferrucci est écrivain et traducteur. 
Ses publications : Giocando a pallone sull’acqua (Prix Spécial Coni Letteratura 2000 ; Prix à la sélection Bancarella 2000) éditions Marsilio, 1999. Andate e ritorni, Scorribande a nordest (finaliste pour le prix Settembrini 2004), éditions vénitiennes, 2003. Solitudine, une nouvelle publiée dans le recueil de récits I nuovi sentimenti (Marsilio), avec la curatele de Romolo Bugaro et Marco Franzos, 2006. Cosa cambia, aux éditions Marsilio, 2007.Traductions de Jean-Philippe Toussaint : La Télévision (La televisione, Einaudi, 2001), Faire l’amour (Fare l’amore, Nottetempo Edizioni, 2003), Mes bureaux (Mes bureaux, Luoghi dove scrivo, Amos Edizioni, 2005), La mélancolie de Zidane (La malinconia di Zidane, Casagrande, 2007) et Fuir (Fuggire, Fandango, octobre 2007).

 

Jeudi 16 décembre 2010 à 19h - Pippo Pollina

Envoyer Imprimer PDF

Jeudi 16 décembre 2010 à 19h

Rencontre avec

Pippo Pollina

autour du livre de Franco Vassia

"ABITARE IL SOGNO - Vita e musica di Pippo Pollina"

edizioni Stampa Alternativa

Juste avant une série de concerts à Paris, Pippo Pollina nous fait l'amitié de passer par la Libreria pour présenter le livre "Abitare il sogno" qui sort en Italie accompagné d'un DVD ("Ultimo volo - Orazione civile per Ustica"). Pippo Pollina est né en 1963 à Palerme et est à l'origine du fameux groupe Agricantus, l'un des groupes qui au début des années 80 ont contribué à la redécouverte de la formidable énergie de la musique traditionnelle régionale, en l'occurrence de la Sicile et de l'Italie du Sud.

Abitare il sogno – Vita e musica di Pippo Pollina” (Habiter le rêve – Vie et musique de Pippo Pollina), est un livre biographique écrit par le journaliste, écrivain, éditeur et critique Franco Vassia (éd. Stampa Alternativa); Il est préfacé par Giancarlo Caselli (juge antimafia) et par Franco Battiato, l'un des plus grands compositeurs contemporains italiens, sicilien lui aussi.

Cette présentation est une avant-première absolue en Europe, car le livre ne sera vraiment distribué dans les librairies qu'à partir de fin de Janvier 2011 en Allemagne, Autriche et Suisse, et en Février en Italie.

A La Libreria, il sera aussi question du DVD qui est joint au texte, et qui contient l'oeuvre «  Ultimo volo - Orazione Civile per Ustica», écrite, composée et interprétée par Pollina, à la demande de l'Association des familles des victimes d'Ustica à l'occasion de l' inauguration du Musée pour la Mémoire de Ustica à Bologna le 27 juin 2007. 
Ce DVD contient également un documentaire sur le musée lui-même, dont l'organisation intérieure a été conçue par Christian Boltanski.
Pollina parlera donc du livre, de son oeuvre, il répondra aux questions du public et enfin il donnera un petit avant-goût de ce que sera le concert à suivre. 

En effet, à 21 heures, ce même jeudi 16 Décembre, au THEATRE COMEDIE-NATION (77, rue de Montreuil, 75011 Paris, tél. 01 48 05 52 44, Métro Nation - lignes 1, 2, 6, 9 billet €. 15,00) le vrai concert aura lieu; Pippo Pollina présentera des morceaux choisis de son énorme répertoire, accompagné par la Piccola Orchestra Altamarea, un quatuor d'archets tout au féminin, avec lequel l'auteur-compositeur sicilien a déjà joué lors de plus de 100 concerts dans toute Europe cette année. 

Donc, piano, guitare et voix pour Pippo, violons, viole et violoncelle pour les filles du quatuor, et des chansons qui nous racontent des histoires, des événements et des personnages qui ont traversé notre époque la plus récente: LEO, dédiée à Léo Ferré, IL GIORNO DEL FALCO, pour Victor Jara, SIGNORE DA QUI SI DOMINA LA VALLE et SAMBADIO’, pour dénoncer les guerres de nos jours , et puis les chansons de ULTIMO VOLO sur Ustica, et encore VERSI PER LA LIBERTA’ et BANNERI, contre la violence mafieuse, en dialecte sicilien, et pour finir les notes plus légères de CHIARAMONTE GULFI et de IL CAMERIERE DEL PRINCIPATO.

A la fin du concert, il sera possible de rencontrer l' artiste, toujours très disponible à s'entretenir avec son public, autour d'un petit buffet italien.

http://www.musicaitaliana.fr/

 


Page 55 sur 58

Bannière
Bannière