Blog de La Libreria

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Blog de La Libreria

Jeudi 7 mars 2019 à 19h - Eleonora Marangoni - Lux

Envoyer Imprimer PDF

Jeudi 7 mars 2019 à 19h

 

ELEONORA MARANGONI

 

LUX

Neri Pozza

En compagnie de Sabine Valici-Bosio

et de Giulio Silvano

 

Ce jeudi, à la Libreria, une jeune romancière à qui nous prédisons un bel avenir ! Eleonora Marangoni est née à Rome, a fait des études littéraires à Paris et travaille aujourd'hui entre l'Italie et la France en tant que directrice artistique dans la communication.
Aujourd'hui c'est donc son premier roman, lauréat de la troisième édition du Prix Neri Pozza, que nous vous proposons, un roman singulier et beau, où l'excentricité londonienne se marie aux lumières méditerranéennes.

Note de l'éditeur
Il existe de nombreux moyens de transformer quelqu'un en fantôme et Thomas Edwards a choisi le sien. Rien ne manque à sa vie : Tom est un jeune italo-anglais de bonne famille, il habite Londres et voyage souvent pour des raisons professionnelles. Architecte, il gère avec succès un cabinet de conception de lumières et depuis presque un an, forme un couple stable avec Ottie Davis, chef dans un restaurant et mère d'un petit garçon de sept ans, Martin. Mais Thomas n'habite le monde qu'en surface : secret et indécis, il laisse sa vie s'écouler sans y penser; le souvenir d'un amour fini est une présence constante et tangible qui illumine les événements et les choses qui l'entourent. Ce souvenir finira par se transformer en une implacable obsession.
L'étrange héritage d'un oncle excentrique oblige Thomas à sortir de son quotidien. Un voyage vers une île du sud de l'Italie, un hôtel au charme décrépi et un week-end imprévu, en compagnie des gens du cru et de quelques étrangers arrivés sur l'île, seront l'occasion parfaite pour redistribuer les cartes, finalement changer de regard sur les choses et faire les comptes avec le passé, cet animal sage et en même temps grotesque qui semble vouloir indiquer le chemin.
Nous vous attendons nombreux pour cette soirée qui se déroulera en italien (traduction en français possible !) et s'achèvera sur un verre amical.


 

Jeudi 28 février 2019 à 19h - Marco Vichi - Per nessun motivo

Envoyer Imprimer PDF

Jeudi 28 février 2019 à 19h

 

MARCO VICHI

 

PER NESSUN MOTIVO

Edizioni Guanda

en compagnie du dessinateur, Giancarlo Caligaris

 

Ce jeudi nous donnons rendez-vous à tous ceux qui ont découvert et aimé notre florentin préféré, le commissaire Bordelli et à tous ceux qui doivent encore le faire ! Son créateur, Marco Vichi, de passage à Paris, nous fait le plaisir de venir parler de son petit dernier «Per nessun motivo», qui vient tout juste de sortir chez Guanda Edizioni. Un roman noir certes, entre Toscane et Paris, mais c'est loin d'être l'unique genre dans lequel aime à évoluer Marco Vichi : sa palette est riche !

Note de l'éditeur : Une vérité passée, oubliée, fait irruption dans la vie d'un homme et bouleverse son équilibre présent. C'est ce qui arrive à Antonio Bastogi, riche industriel, qui après s'être consacré entièrement à son métier pendant des années, s'est retiré sur les collines du Chianti pour assouvir ses propres passions. Il va se trouver confronter à un passé, le sien dont il découvre que le scénario n'a rien de figé mais est bien au contraire mouvant et peut se transformer en un instant, mettant en discussion les souvenirs de toute une vie. Il faudra du courage pour affronter le futur.  Antonio sera arraché à la sérénité apparente des collines toscanes par une nouvelle inimaginable, et c'est à Paris qu'il devra rendre des comptes.

La soirée se déroulera en italien et en français, si nécessaire. Nous terminerons sur un verre amical.

Les premiers romans de la série mettant en scène le commissaire Bordelli sont publiés en français aux Editions Philippe Rey et sont désormais disponibles en poche.


 


 

Jeudi 14 février 2019 à 19h - Lisa Ginzburg - Au pays qui te ressemble

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec les Editions Verdier

Jeudi 14 février 2019 à 19h

 

LISA GINZBURG

 

AU PAYS QUI TE RESSEMBLE

(Per Amore)

Editions Verdier - Edizioni Marsilio

Traduction de Martin Rueff

 

Nous recevons Lisa Ginzburg une nouvelle fois... plaisir authentique et constant de l'avoir parmi nous ! Nous attendions cette sortie française avec impatience: les Editions Verdier, qui fêtent d'ailleurs leurs 40 premières années, publient en ce mois de février la traduction de son beau roman «Per amore» (Marsilio Editore). Ce 14 février, la passion prend le pouvoir à la Libreria.


Vituca, une documentariste italienne qui vit à Paris tombe amoureuse de Ramos, un chorégraphe brésilien au talent éclatant. Si tout les sépare, la géographie, la culture, la personnalité, ce qui les sépare les attire et ils se marient. Mais comment s’aimer au loin ? Le roman analyse d’abord les efforts pour faire durer une relation contrainte de dépasser toutes sortes de frontières, qui ne sont pas uniquement géographiques. Faire vivre un amour à distance, dans ce récit, c’est jouer avec ses propres limites. Se rapprocher alors ? Chacun voudrait que l’autre « songe à la douceur / D’aller là-bas vivre ensemble ! ».


Mais là-bas n’est jamais si doux. Et le Brésil de Ramos est âpre, rude, aussi inquiétant qu’attirant. La tragédie avance, implacable, derrière les efforts des amants. Elle aboutit au drame effroyable et au deuil. Derrière sa magnifique puissance vitale, Ramos cachait des secrets, une intime tragédie, un destin plus encore qu’un caractère.

 

C’est ce destin entrelacé au sien comme une plante grimpante que la narratrice parcourt en recomposant le temps perdu. Reconstruire, lire les signes qu’on avait négligés, ou voulu négliger, c’est l’opération méticuleuse à laquelle nous sommes ici conviés. N’est-il pas vrai, au reste, que c’est à la fin du drame que l’on comprend les signes qui l’annonçaient ?

 

Ce qui frappe plus que tout, c’est la tenue d’une langue à la fois lyrique, quand elle évoque l’accablement sensoriel du Brésil, et analytique. En effet, l’auteure ne se départit jamais d’une intelligence scrupuleuse qui fait d’elle une moraliste classique capable de scruter les replis du cœur et les mensonges à soi dont se nourrit l’amour. L’amour est plus fort que la mort, mais la mort est plus forte que lui. Restent alors l’intelligence du désastre et la beauté de l’écriture.

 

La rencontre se déroulera en français (mais l'italien s'y invitera forcément !) et s'achèvera sur un verre amical.

 
Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec l'association "Circolo Carlo Giuliani di Parigi"

Lundi 4 février 2019 à 19h

 

TIZIANA BARILLÀ

 

MIMÌ CAPATOSTA

Mimmo Lucano e il modello Riace


Fandango Edizioni

La Libreria et l'association "Circolo Carlo Giuliani" de Paris vous convient à cette rencontre avec Tiziana Barillà pour parler d'un homme extra-ordinaire, qui aurait pourtant certainement préféré continuer son action, sans attirer l'attention.

Au printemps 2016, la prestigieuse revue américaine Fortune publie sa liste annuelle de 50 leaders mondiaux de l'année, les femmes et les hommes les plus influents de la planète. Dans cette liste, avec le Pape François, Angela Merkel, Aung San Suu Kyi et Bono Vox, à la quarantième place, son nom est là, Mimmo Lucano, le maire d'une toute petite commune de Calabre de 2000 âmes, Riace.

Il est le seul italien de cette liste. Les Etats-Unis portent l'Italie à prendre conscience d'un fait : à l'extrême sud de la péninsule, au pied de l'Aspromonte, en pleine Locride, il se pourrait bien qu'on trouve le meilleur maire du monde. Lui appelle cela "l'utopie de la normalité" et elle prend naissance en 1998 avec le premier débarquement de réfugiés kurdes à Riace. Depuis, la petite ville a accueilli plus de 6000 immigrés qui ont repeuplé la commune. Un quart des habitants est né hors de Calabre : ils arrivent d'Afghanistan, du Sénégal, du Mali, ont risqué leur vie en traversant la Méditerranée et ont trouvé un toit à Riace. Certains servent d'interprètes, d'autres s'occupent des jardins du centre ville, du tri différencié des ordures ménagères avec un chariot tiré par un âne et d'autres encore nettoient les plages. Le modèle s'est exporté dans d'autres communes de la Locride; dans un moment historique où des murs se bâtissent et où les frontières se renforcent, Riace est non seulement un signe et un espoir en un futur meilleur mais une réelle alternative économique.

A travers des rencontres, des voyages et le partage d'une appartenance territoriale et idéologique, Tiziana Barillà, journaliste, nous livre un portrait approfondi de ce formidable maire qui se raconte en toute liberté dans ce livre.

Mimmo Lucano ne s'est pas fait que des amis... il a été arrêté en octobre dernier, accusé d'aide à l'immigration clandestine, et placé aux arrêts domiciliaires. Aujourd'hui toujours maire, il est interdit de séjour à Riace.

La soirée se déroulera en italien et s'achèvera sur un verre amical.

Venez nombreux !

 

Mardi 29 janvier 2019 à 19h - Carlo Ossola - Fables d'identité - Pour retrouver l'Europe

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec le Comité de Paris
de la Società Dante Alighieri


Mardi 29 janvier 2019 à 19h

 

CARLO OSSOLA

 

FABLES D'IDENTITÉ

pour retrouver l'Europe

(Europa ritrovata - Geografie e miti del vecchio continente)

Editions PUF - Vita e Pensiero

En compagnie de Bruno Racine, écrivain
ancien directeur de l’Académie de France à Rome,
ancien président du Centre Georges Pompidou

et de Michele Canonica, Président du Comité de Paris de la Società Dante Alighieri

L'Europe de la culture au centre de cette prometteuse rencontre ! La Libreria reçoit Carlo Ossola, philologue et critique littéraire, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire «Littératures modernes de l'Europe néolatine» et c'est un honneur. Il dialoguera avec notre ami, Michele Canonica ainsi qu'avec Bruno Racine, grand amoureux de l'Italie, notamment ancien directeur de la Villa Medicis.

L’Europe est un ensemble de mythes, de peuples, de cultures et de lieux unis depuis des millénaires et ne peut se réduire à son seul territoire. Pour Carlo Ossola, l’unité européenne a bien un sens, celui de l’histoire, de l’Antiquité et de la chrétienté. Et c’est pour le retrouver qu’il invite à parcourir les lieux emblématiques du Vieux Continent. Cette recherche des racines d’une culture commune, faite de traditions comme d’ouvertures, plonge au cœur des textes fondateurs, des écrits de Boccace, d’Érasme, de poètes de tous temps, dont les extraits viennent parsemer ce récit de voyage d’une grande qualité littéraire et philosophique.

Nous vous attendons nombreux à cette rencontre où seront utilisées les deux langues, le français et l'italien. Nous terminerons sur un verre amical.


 


Page 8 sur 76

Bannière
Bannière