Blog de La Libreria

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Blog de La Libreria
Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec l'association "Circolo Carlo Giuliani di Parigi"

Lundi 4 février 2019 à 19h

 

TIZIANA BARILLÀ

 

MIMÌ CAPATOSTA

Mimmo Lucano e il modello Riace


Fandango Edizioni

La Libreria et l'association "Circolo Carlo Giuliani" de Paris vous convient à cette rencontre avec Tiziana Barillà pour parler d'un homme extra-ordinaire, qui aurait pourtant certainement préféré continuer son action, sans attirer l'attention.

Au printemps 2016, la prestigieuse revue américaine Fortune publie sa liste annuelle de 50 leaders mondiaux de l'année, les femmes et les hommes les plus influents de la planète. Dans cette liste, avec le Pape François, Angela Merkel, Aung San Suu Kyi et Bono Vox, à la quarantième place, son nom est là, Mimmo Lucano, le maire d'une toute petite commune de Calabre de 2000 âmes, Riace.

Il est le seul italien de cette liste. Les Etats-Unis portent l'Italie à prendre conscience d'un fait : à l'extrême sud de la péninsule, au pied de l'Aspromonte, en pleine Locride, il se pourrait bien qu'on trouve le meilleur maire du monde. Lui appelle cela "l'utopie de la normalité" et elle prend naissance en 1998 avec le premier débarquement de réfugiés kurdes à Riace. Depuis, la petite ville a accueilli plus de 6000 immigrés qui ont repeuplé la commune. Un quart des habitants est né hors de Calabre : ils arrivent d'Afghanistan, du Sénégal, du Mali, ont risqué leur vie en traversant la Méditerranée et ont trouvé un toit à Riace. Certains servent d'interprètes, d'autres s'occupent des jardins du centre ville, du tri différencié des ordures ménagères avec un chariot tiré par un âne et d'autres encore nettoient les plages. Le modèle s'est exporté dans d'autres communes de la Locride; dans un moment historique où des murs se bâtissent et où les frontières se renforcent, Riace est non seulement un signe et un espoir en un futur meilleur mais une réelle alternative économique.

A travers des rencontres, des voyages et le partage d'une appartenance territoriale et idéologique, Tiziana Barillà, journaliste, nous livre un portrait approfondi de ce formidable maire qui se raconte en toute liberté dans ce livre.

Mimmo Lucano ne s'est pas fait que des amis... il a été arrêté en octobre dernier, accusé d'aide à l'immigration clandestine, et placé aux arrêts domiciliaires. Aujourd'hui toujours maire, il est interdit de séjour à Riace.

La soirée se déroulera en italien et s'achèvera sur un verre amical.

Venez nombreux !

 

Mardi 29 janvier 2019 à 19h - Carlo Ossola - Fables d'identité - Pour retrouver l'Europe

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec le Comité de Paris
de la Società Dante Alighieri


Mardi 29 janvier 2019 à 19h

 

CARLO OSSOLA

 

FABLES D'IDENTITÉ

pour retrouver l'Europe

(Europa ritrovata - Geografie e miti del vecchio continente)

Editions PUF - Vita e Pensiero

En compagnie de Bruno Racine, écrivain
ancien directeur de l’Académie de France à Rome,
ancien président du Centre Georges Pompidou

et de Michele Canonica, Président du Comité de Paris de la Società Dante Alighieri

L'Europe de la culture au centre de cette prometteuse rencontre ! La Libreria reçoit Carlo Ossola, philologue et critique littéraire, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire «Littératures modernes de l'Europe néolatine» et c'est un honneur. Il dialoguera avec notre ami, Michele Canonica ainsi qu'avec Bruno Racine, grand amoureux de l'Italie, notamment ancien directeur de la Villa Medicis.

L’Europe est un ensemble de mythes, de peuples, de cultures et de lieux unis depuis des millénaires et ne peut se réduire à son seul territoire. Pour Carlo Ossola, l’unité européenne a bien un sens, celui de l’histoire, de l’Antiquité et de la chrétienté. Et c’est pour le retrouver qu’il invite à parcourir les lieux emblématiques du Vieux Continent. Cette recherche des racines d’une culture commune, faite de traditions comme d’ouvertures, plonge au cœur des textes fondateurs, des écrits de Boccace, d’Érasme, de poètes de tous temps, dont les extraits viennent parsemer ce récit de voyage d’une grande qualité littéraire et philosophique.

Nous vous attendons nombreux à cette rencontre où seront utilisées les deux langues, le français et l'italien. Nous terminerons sur un verre amical.


 

Lundi 21 janvier 2019 à 19h - Soirée Gênes - Giorgio Caproni

Envoyer Imprimer PDF

Lundi 21 janvier 2019 à 19h

 

Un Poeta nella sua città

 

Giorgio Caproni e Genova

en compagnie d'Isabel Violante et de Maurizio Puppo


2019 ou le plaisir de retrouver Isabel Violante et ses séduisantes invitations au voyage.

Universelle par essence, la poésie est également ancrée, dans l'espace et dans le temps. La poésie des auteurs italiens s'ancre dans des espaces si définis et si divers, qu'un voyage dans la poésie italienne est également une traversée de la géographie du pays.

En quelques étapes, Isabel Violante, et un complice différent à chaque rencontre, vous propose de dévider ensemble des écheveaux de mots et de chemins.

Laissez-vous tenter...



 

 

Vendredi 18 janvier 2019 à 19h - Antonia Pozzi - Une vie irrémédiable

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec les Editions Laborintus

Vendredi 18 janvier 2019 à 19h

 

Présentation du livre


ANTONIA POZZI

UNE VIE IRREMEDIABLE

 

Edition établie par Matteo Mario Vecchio

Traduction de Camilla Maria Cederna

En compagnie de Matteo Mario Vecchio, de Camilla Maria Cederna,

de Laura Toppan, Giovanna Paola Vergari et de l'éditeur Gianpaolo Furgiele

 

Nouvelle rencontre autour d'une figure féminine de la poésie italienne, trop peu connue... Antonia Pozzi (1912-1938), suicidée à l'âge de 26 ans, est l'une des voix les plus intenses et originales de la poésie italienne contemporaine. Publiée posthume, sa considérable production poétique suscita l'admiration de poètes tels que Vittorio Sereni, Eugenio Montale et Thomas Stearns Eliot, entre autres. En présentant un choix de poèmes accompagnés d'écrits intimes et critiques inédits, ce recueil  espère contribuer à faire connaître davantage au public français l'oeuvre de cette auteure qui reste à découvrir.

Pour Antonia Pozzi les mots d'Eugenio Montale, sans doute l'exégète le plus significatif et pointu de son oeuvre dans les années 40, valent toujours. Et même si par la synthèse d'une «note», il se révèle son biographe le plus perspicace résumant, dans les confins d'un article de journal, les points idéologiques d'une existence : Antonia Pozzi requiert une lecture qui fait vivre en nous les développements qui y sont contenus  et qui ne sont qu'en partie exprimés. Si son journal nous aide à pénétrer cette âme, aucune réduction qui isolerait des vers et des lueurs de poésie ne pourra nous donner une image partielle, diminuée, d'elle.

Le volume est enrichi par la préface de Matteo Mario Vecchio, un des principaux spécialistes d'Antonia Pozzi, ainsi que par la nouvelle traduction proposée par Camilla Maria Cederna.

Nous vous attendons nombreux pour cette soirée qui se déroulera dans les deux langues et s'achèvera sur un verre de l'amitié.


 

Vendredi 11 janvier 2019 à 19h - Carnets de Goliarda Sapienza

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec les Editions Le Tripode

Vendredi 11 janvier 2019 à 19h

 

Soirée GOLIARDA SAPIENZA

 

CARNETS

En compagnie de Angelo Maria Pellegrino et de Nathalie Castagné, sa traductrice

avec  la participation de Sabine Valici-Bosio

 

Quelle meilleure façon de démarrer l'année pour la Libreria ?! A l'occasion de la sortie des "Carnets" de Goliarda Sapienza, Angelo Maria Pellegrino, son compagnon pendant plus de 20 ans, est de passage à Paris et en compagnie de sa traductrice, Nathalie Castagné, viendra nous parler d'elle et de son oeuvre, désormais à compter au nombre des chefs d'oeuvre de la littérature italienne contemporaine.

En 1976, Goliarda Sapienza en a fini avec l’écriture de L’Art de la joie : dix ans de sa vie viennent de trouver leur conclusion. Réduite à une grande précarité financière, l’écrivaine ressort de cette aventure épuisée.

Commence alors pour elle, tout d’abord de façon anodine, le projet d’écrire au fil des jours ses pensées dans un carnet. Ce qu’elle ignore, c’est qu’elle poursuivra ce projet durant vingt ans, jusqu’à sa mort en 1996, remplissant ainsi près de 8 000 pages réparties sur plus d’une quarantaine de carnets.

Et c’est un chemin de vie, fuyant l’arrogance des certitudes, qu’elle choisit d’emprunter et que l’on voit se dessiner au gré des pages, à mille lieues de toute sensiblerie : « Si tu ne travailles pas, ça veut dire que tu es une conne comme tant d’autres, qui lisent des choses, en tirent des idées de vie positives et puis n’en font rien. Et toi, Goliarda, l’histoire de Modesta, tu l’as lue, ou pas ? Apprends d’elle, et suis ton chemin. » (Carnets, janvier 1979)

Exceptionnel par son ampleur et sa vérité, ce journal est désormais considéré comme l’autre grand chef-d’œuvre de Goliarda Sapienza.

Goliarda Sapienza (1924-1996) est née à Catane. Elle ne trouve la reconnaissance qu’après sa mort, avec le succès en 2005 de la traduction en France du roman L’Art de la joie.

Le Tripode s'est engagé dans la publication de ses œuvres complètes.

La rencontre s'achèvera sur un verre amical.



 


Page 11 sur 79

Bannière
Bannière