Blog de La Libreria

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Les Rencontres passées Rencontres 2019 Lundi 11 mars 2019 à 19h - Présentation de Il pleut sur le déluge de Tonino Guerra

Lundi 11 mars 2019 à 19h - Présentation de Il pleut sur le déluge de Tonino Guerra

Envoyer Imprimer PDF

En collaboration avec les Editions La Barque

Lundi 11 mars 2019 à 19h


Présentation de


IL PLEUT SUR LE DELUGE

de

TONINO GUERRA

(Avec des dessins de l’auteur)


En présence de la traductrice Sophie Royère


Il a été le collaborateur privilégié et le scénariste aimé des plus grands cinéastes italiens, de Fellini à Antonioni, en passant par De Sica, Petri, Rosi ou les Taviani et des immenses Tarkovsky et Angelopolous... Et si nous ne devions citer qu'un seul film, ce serait "Amarcord", pour lequel nous avons une tendresse toute particulière (certains d'entre vous le savent peut-être mais la Libreria porte officiellement le nom de "Libreria Amarcord" !).

Poète, écrivain, dramaturge, scénariste, voilà donc une belle rencontre autour de Tonino Guerra et de ce beau « Il Pleut sur le Déluge ». Un livre qui réveille les sens, qui donne envie d’écouter la musique de ses mots. Des images parfois dramatiques où l’on peut pourtant trouver la beauté absolue, qui éprend, jusqu’à en devenir esclave. Les mots nous rendent gourmands et la couleur locale de sa région, l’Emilie-Romagne, s’ajoute à cette synesthésie qui nous emporte.

La totalité du monde est autour de nous et toutes les choses créées ont les mêmes droits. D’aucuns ont une voix et communiquent par les sons et les mots, d’aucuns s’expriment par les couleurs et les parfums. Vivre est aussi une respiration enclose dans une feuille.

Tonino Guerra naît à Santarcangelo di Romagna en 1920. C’est durant son emprisonnement au camp de Troisdorf que prennent forme ses premières compositions poétiques.

C’est à Pennabilli, petite ville de l’Apennin d’Émilie-Romagne où il s’est retiré dans les années 1990, que Tonino Guerra, compose ce livre : Il pleut sur le déluge. Journal, s’il en est, se déroulant sur les douze mois d’une année, dont les pages, comme l’écrivait Roberto Roversi, «parcourent le temps comme les traces d’un homme sur un terrain d’abord enneigé puis dégelé, puis empli de la ferveur blanche ou dorée d’un été rêvé. » Il poursuivait :

« Il appartient à ce genre de livres auxquels – après les avoir lus – on doit dire merci. »

Nous vous invitons à venir nombreux pour cette soirée, en français mais où l'italien, et peut-être bien le dialecte romagnol, s'inviteront !

Nous terminerons sur un verre amical.