Blog de La Libreria

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Les Rencontres passées Rencontres 2011 Mercredi 16 février à 19h - Italien du Caire, une autobiographie - Mario Rispoli et Jean-Charles Depaule
Envoyer Imprimer PDF

Mercredi 16 février 2011 à 19h

Italien du Caire - une autobiographie

Mario Rispoli et Jean-Charles Depaule

Editions Parenthèses - MMSH


Soirée présentée et animée

par Michele Canonica et Paolo Romani,
Président et Vice-Président
du Comité de Paris de la Società Dante Alighieri

 

Le mercredi 16 février sera une soirée dédiée au souvenir d'un Monsieur du journalisme italien, Mario Rispoli, disparu il y a près de six ans. Jean-Charles Depaule, spécialiste d'anthropologie urbaine de l'Orient arabe, qui a écrit cette autobiographie avec Mario Rispoli et Madame Huguette Rispoli seront avec nous pour s'entretenir avec Michele Canonica et Paolo Romani de ce personnage généreux, de son parcours professionnel impeccable (de simple rédacteur au poste de directeur de l'Ansa du Caire, à celui de directeur de l'Ansa à Paris et finalement de directeur du service de presse de Fiat-France) et de son attachement indéfectible à l'Egypte, pays plus que jamais au centre d'une actualité brûlante et dont il sera bien sûr beaucoup question.

Un Italien né au Caire à la fin des années trente se souvient. Mario Rispoli évoque les territoires protégés de son enfance cairote, et la révélation d’un monde plus ouvert à travers l’univers cosmopolite de ses camarades du lycée français ; Puis sa « découverte » de l’Egypte où il reste, lorsque, après la nationalisation du canal de Suez et la guerre qui s’en est suivie en 1956, les membres des minorités et des communautés étrangères quittent en masse le pays. Il décrit son apprentissage et son travail de rédacteur dans une agence de presse et à la radio, ses relations avec le pouvoir égyptien et la censure. Témoin de l’évolution contemporaine de l’Egypte et du Proche-Orient, il évoque les guerres qui l’ont marqué lorsqu’il était enfant, puis jeune homme, et celles qu’il a couvertes en tant que journaliste.

« Roman de formation », écrit à quatre mains avec Jean-Charles Depaule, que Mario Rispoli a connu au début des années soixante-dix au Caire, cette autobiographie est aussi une méditation sur l’éveil de la sensualité, et sur la mort qui occupe une place si particulière dans la culture napolitaine de ses origines.