Imprimer

Mardi 26 avril 2011 à 19h

Massimo Nava

Il Garibaldino che fece il Corriere della Sera

Vita e avventure di Eugenio Torelli Viollier

Edizioni Rizzoli

“Lei sa la differenza fra un piccolo e un grande giornale? Il grande giornale è quello che pubblica anche le notizie che dispiacciono. S’intende, la notizia che ci dispiace la si commenta come più ci piace.”*
— Eugenio Torelli Viollier

 

De la Naples des Bourbons à la Milan d'après l'Unité, de la fondation du “Corriere” à la bataille pour en dfendre l'indépendance, l'extraordinaire aventure de l'homme qui, après l'Italie, a tenté de faire les Italiens.

 

En mêlant biographie, fresque sociale, anecdotes et citations savoureuses, Massimo Nava raconte le parcours mélancolique et exaltant d'un “père de la patrie” méconnu qui, à l'aube du journalisme moderne, a incarné l'esprit d'une Italie jeune et turbulente, ambitieuse et imparfaite, souvent divisée et parfois mesquine, mais encore animée par des idéaux d'absolu. Comme par exemple, l'objectivité et l'indépendance d'un grand quotidien.

 

MASSIMO NAVA, milanais, éditorialiste du “Corriere della Sera” depuis Paris, a été correspondant de guerre et reporter international. Il est l'auteur e nombreux essais parmi lesquels Kosovo c’ero anch’io (1999), Milosevic, la tragedia di un popolo (2001),Vittime. Storie di guerra sul fronte della pace (2005), Sarkozy, il francese di ferro (2007, Sarkozy, l'homme de fer, Ed. Michalon). En 2009, il a publié son premier roman, La gloria è il sole dei morti, (Edizioni Ponte alle Grazie) sur la vie aventureuse des frères Bixio.

 

* "Vous connaissez la différence entre un petit et un grand journal? Un grand journal publie aussi les nouvelles qui déplaisent. Et bien sûr, la nouvelle qui nous déplaît on la commente comme il nous chante."